Accueil du site > Annuaire

Morin Gilles

Chercheur associé

Contact : gilles.morin4@gmail.com

Fonction et établissement actuels :

Professeur certifié, enseignant dans le secondaire depuis 1987. Actuellement en poste à la Cité scolaire Marie Curie de Sceaux (92330).

Expériences professionnelles

• Dans le secondaire

- 1987-2012 : Enseignant en collège (Mis à disposition du Centre d’histoire sociale l’Université de Paris 1, de 1998 à 2001).

- 1985-1987 : Élève au Centre de formation des PEGC, École normale d’Auteuil

- 1984-1985 : Maître-auxiliaire, enseignant en Lycée.

- 1975-1984 : Surveillant d’Externat (service militaire en 1978-1979)

• Dans l’enseignement supérieur

-  2009-2010 : Chargé de cours d’histoire à l’Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne, UFR 12 (sujet « Histoire des idées politiques, XIXe-XXe siècle »)

-  2007-2009 : Chargé de TD d’histoire à l’Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne, UFR 12 (sujet « Histoire des idées politiques, XIXe-XXe siècle »)

-  2002-2003 : chargé de TD à l’UFR d’histoire de l’Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne (sujet « L’URSS de 1953 à 1991 »).

-  1998-2001 : Détaché au CNRS pour des activités de recherche au Centre d’histoire sociale du XXe siècle de l’Université de Paris I.

-  1994-1996 : chargé de TD à l’UFR d’histoire de l’Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne (sujet : « La France et le Maghreb, 1881-1962 »)

-  1994-1998 : Maître de Conférences d’histoire dans le SAS à l’Institut d’Études politiques de Paris (sujets : « Tableau de l’Europe de 1880 à nos jours » puis « Nationalisme et européanisme de 1880 à nos jours »).

Travaux Universitaires

-  Analyse

Chercheur associé au Centre d’histoire sociale du XXe siècle et correspondant départemental de l’IHTP, enseignant du secondaire (Cité scolaire Marie Curie à Sceaux, 92), je suis docteur en histoire de l’Université de Paris 1, spécialiste de l’histoire politique de la France au XXe siècle, et plus particulièrement de l’histoire de la gauche non communiste.

Dirigée par Antoine Prost, ma thèse d’histoire soutenue en 1992, portait sur « L’opposition socialiste à la guerre d’Algérie et le Parti socialiste autonome ; un courant politique de la S.F.I.O. au P.S.U. (1954-1960) ». Les travaux poursuivis depuis se sont orientés dans plusieurs directions. L’axe central de la recherche demeure l’histoire politique et sociale du mouvement socialiste français et l’histoire culturelle du socialisme. En élargissant le champ d’études jusqu’aux début du XXe siècle d’une part, et à l’histoire de la Ve République jusqu’à 1981 d’autre part, en passant par la France de Vichy, d’autres thématiques ont été ouvertes ou poursuivies. Trois directions principales ont été explorées. Tout d’abord, des recherches sur la gauche, le colonialisme et les anticolonialistes au XXe siècle. Ensuite, des études ont porté sur les relations entre les forces politiques françaises, suivant généralement une approche comparative, en privilégiant les rapports avec la gauche démocratique française, notamment en s’intéressant à l’évolution de ses réseaux, mais aussi avec le gaullisme et le communisme. Le dernier thème régulièrement abordé est l’exercice du pouvoir d’État, surtout sous le gouvernement provisoire et durant les IVe République, avec une attention plus particulière pour la police et le pouvoir parlementaire. Enfin, depuis 2012, j’ai entamé un travail de recherche sur un parti collaborationniste, le Rassemblement national populaire (RNP), dans une perspective d’histoire sociale.

En amont de ces recherches a été entrepris un vaste travail de rédaction de notices biographiques, poursuivit depuis 1984. Il concerne les militants et élus socialistes et divers gauche, mais aussi des parlementaires de toutes sensibilités, des anticolonialistes et d’autres personnalités françaises. Il a débouché sur la publication de centaines de notices dans divers dictionnaires biographiques. Tout d’abord dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, mouvement social (Le Maitron), avec pour celui-ci la direction des corpus socialistes et divers gauche. Ensuite, par la collaboration à des dictionnaires spécialisés, principalement le Dictionnaire des parlementaires français, de la IVe, puis de la Ve République (ce dernier actuellement publié sur internet), mais aussi les Dictionnaires du gaullisme, de la Résistance, de la France Libre, des intellectuels, de la police, etc. Par ailleurs, pour organiser ce travail, une base de données, comprenant à ce jour plus de 32 000 fiches est constamment enrichie. Des extraits de cette base ont été mis en ligne en 2009 et 2012 sur le site de la Fondation Jean-Jaurès. Ils comprennent environ 1700 fiches : elles recensent un ensemble cohérent, les parlementaires et les membres de la direction nationale de la SFIO, de 1905 à 1969, puis du PS de 1969 à 1981. Pour environ 500 fiches, sont jointes des notices de ces personnels, déjà publiées dans les divers dictionnaires cités ci-dessus. De nouvelles séries seront régulièrement ouvertes, les premières portant sur les secrétaires fédéraux et conseillers généraux socialistes. L’exploitation de ces éléments dans une démarche prosopographique a été initiée dans diverses communications recensées dans la bibliographie ci-dessous.

Ce travail s’appuyant largement sur un retour aux sources primaires et sur le rassemblement d’une vaste documentation et de fonds archivistiques nouveaux, m’a conduit à m’intéresser de longue date aux archives. J’ai contribué à sauver et/ou à faire déposer des fonds importants consultables aux Archives nationales ou dans des organismes privés : fonds Marceau Pivert (559 AP), fonds national du PSU (581 AP), papiers d’Oreste Rosenfeld (14 AR) et divers autres fonds (Yves Jouffa, au Centre d’histoire de la FNSP, Albert Gazier et Charles Lancelle à l’OURS notamment). Puis, j’ai pris des responsabilités dans ce secteur : création et présidence de l’Association des usagers du service public des Archives nationales (AUSPAN), participation au Conseil scientifique de la nouvelle cité des Archives nationales, enfin direction de la rubrique « Archives » de la revue XXe siècle, revue d’histoire. Les travaux poursuivis actuellement s’inscrivent en continuité de ceux-ci. Tout d’abord, un travail de fond : la préparation d’une habilitation à diriger les recherches, portant sur le RNP.

Ensuite, la poursuite de la collaboration à la rédaction des Dictionnaires Maitron et des Dictionnaires des Parlementaires de la Ve République. Enfin, la publication des actes du colloque tenus en 2012 sur le Parti socialiste des années 1971-1981.

Références bibliographiques

Direction d’ouvrages collectifs ou de numéro spécial de revue :

1. • Jean-Pierre Biondi, Gilles Morin, Les Anticolonialistes (1881-1962), Robert Laffont, 1992, 388 p. (réédition en poche, dans la collection Hachette-Pluriel, en 1993).

2. • Serge Berstein, Frédéric Cépède, Gilles Morin et Antoine Prost, Le Parti socialiste entre Résistance et République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, 357 p.

3. • Christian Chevandier et Gilles Morin, André Philip, socialiste, patriote, chrétien, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005, p. 3-21.

4. • Pascale Goetschel et Gilles Morin, direction du dossier « Le PS, nouvelles approches », Vingtième siècle, revue d’histoire, n° 96, octobre-décembre 2007.

5. • Noëlline Castagnez et Gilles Morin (dir.), Socialistes et radicaux, querelles de famille, Ours-Presse de Sciences Po, 2008, 192 p. 6.

6• Gilles Morin et Gilles Richard (dir.), Les deux France du Front populaire, Paris, L’Harmatttan, 2008, 413 p.

7. • Bruno Benoit, Christian Chevandier, Gilles Morin, Gilles Richard et Cilles Vergnon, A chacun son mai ?, Le tour des France de Mai-Juin 1968, Rennes, PUR, 2011, p. 297-315.

8. • Gilles Morin, Pascal Plas, Adrien Tixier, 1893-1946, l’héritage méconnu d’un reconstructeur de l’Etat en France, Limoges, Histoire et Mémoires, Lucien Souny ed., 2012, 314 p.

9. • Noëlline Castagnez et Gilles Morin, Pierre Bérégovoy en politique, Paris, L’Harmattan—Cliopolis, 2013, 237 p.

10. • Noëlline Castagnez, Laurent Jalabert, Marc Lazar, Gilles Morin et Jean-François Sirinelli, Le Parti socialiste unifié, histoire et postérité, Rennes, PUR, 2013, 329 p.

Est en cours de préparation un ouvrage, issus d’un colloque organisé avec le CHS de Paris 1 et le Centre d’histoire de Sciences Po, sur le Parti socialiste des années 1971-1981 (PUR à paraître en 2014 sous la co-direction de Noëlline Castagnez et Gilles Morin)

Articles et participations à des ouvrages collectifs ou à des revues universitaires :

1. • « Les fédérations septentrionales dans l’élaboration de la politique algérienne de la SFIO (1956-1958) », dans Bernard Ménager, Jean-François Sirinelli, Jean Vavasseur-Desperriers (dir.), Cent ans de socialisme septentrional, Villeneuve d’Ascq, collection Histoire et littérature régionales, 1995, 425 p., p. 287-304.

2. • « Les élections de 1945, étapes du rétablissement du pouvoir central », dans Jean-Jacques Becker (dir.), « La IVe République, Histoire, recherches et archives », Historiens et géographes , n° 357, mai 1997, p. 215-231.

3. • « La Troisième force, 1947-1951 », dans Jean-Jacques Becker (dir.) ; « La IVe République, Histoire, recherches et archives », Historiens et géographes, n° 361 ; mars-avril 1998, p. 361-371.

4. • « Les voyages du général de Gaulle en France, (1946-1953), manifestations politiques et mises en scène de la légitimité gaulliste », dans Institut Charles de Gaulle-Université de Bordeaux III, De Gaulle et le RPF, 1947-1955, Paris, ed. A. Colin, 1998, p. 175 à 193.

5. • « Les socialistes dans les geôles de Vichy : à la recherche d’une parole libre », dans P. Guidoni (dir) et R. Verdier (dir), Les socialistes en résistance, Paris, Seli Arslan, 1999, p. 45-56.

6. • « Espace et réseaux socialistes après la Libération, pistes de recherches », dans Serge Berstein, Frédéric Cépède, Gilles Morin et Antoine Prost (dir.), Le Parti socialiste entre Résistance et République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, p. 307-323.

7. • « Le parti issu de la Résistance », en collaboration avec Noëlline Castagnez-Ruggiu, dans Serge Berstein, Frédéric Cépède, Gilles Morin, Antoine Prost (dir.), Le Parti socialiste entre Résistance et République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, p. 37 -60.

8. • « Les problèmes de la reconstruction de la police, 1944-1960 », dans J. M. Berlière et D. Peschanski (dir.), La police française (1930-1950), entre bouleversements et permanences, Paris, La Documentation française, 2000, p. 219-234.

9. • « La police au Parlement, 1943-1951 », dans J. M. Berlière et D. Peschanski (dir.), La police française (1930-1950), entre bouleversements et permanences, Paris, La Documentation française, 2000, 271-284.

10. • « Vincent Auriol, un grand élu socialiste », dans G. Le Béguec et D. Peschanski (dir.), Les élites dans la tourmente, du Front populaire aux années cinquante, Paris, CNRS-éditions, 2000, p. 145-155.

11. • « Tanguy Prigent et la SFIO », dans Saint-Jean-du-Doigt, des origines à Tanguy Prigent, Actes du colloque organisé par le Centre de recherche bretonne et celtique, Université de Bretagne Occidentale, UMR 6038 du CNRS, Brest, Kretz 14, 2001, p. 405-415.

12. • « Georges Pompidou et la gauche, 1958-1974 », dans Georges Pompidou, politique, Paris, PUF, 2001, p. 239-258.

13. • « Jalons pour l¹établissement d¹une prosopographie des élus socialistes, 1905-1971 », dans J. Girault et alii, L¹implantation du socialisme en France au XXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 80-95.

14. • « Les socialistes du Midi en 1940 entre refus, accommodements ou collaboration », dans L¹Europe de la défaite, 1940, la France du repli, Toulouse, Privat, 2001, p. 299-316.

15. • « Le Parti socialiste SFIO et les associations, 1944-1969 », dans Claire Andrieu, Gilles Le Béguec et Danielle Tartakowsky (dir.), Associations et champ politique. La loi de 1901 à l’épreuve du siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, Coll. Histoire de la France au XIXe et XXe siècle, 2001, p. 359-378.

16. • « Mise en scène et mise en image de l’éloquence, les congrès communistes et socialistes (1936-1946) », avec Danielle Tartakowsky, dans Fabrice D’Almeida (dir.), L’éloquence politique en France et en Italie de 1870 à Nos jours, Rome, Collection de l’École française de Rome, 2001, p. 169-182.

17. • « Multipartisme et bipolarisation », dans dossier « Les Français et la politique dans les années soixante », Bulletin de l’Institut d’histoire du temps présent, n° 79, 1er semestre 2002, p. 45-70.

18. • « Senghor et la SFIO », dans Jacques Girault et Bernard Lecherbonnier, Léopold Sédar Senghor, Africanité-Universalité, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 163-170.

19. • « Alain Savary et le socialisme », avec Maryvonne Prévot,, dans Serge Hurtig (dir.), Alain Savary : politique et honneur, Paris, Presse de Science Po, 2002, p. 51-64.

20. • « Michel Rocard et l’opposition socialiste à la guerre d’Algérie » (et appareil critique des textes publiés), dans Rocard Michel, Rapport sur les camps de regroupement et autres textes sur la guerre d’Algérie, Paris, Mille et une nuits, 2003, 332 p.

21. • « Les Groupes d’action municipale et l’autogestion », dans Frank Georgi (dir.), Autogestion, la dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 309-322.

22. • « L’épuration syndicale à la Libération », dans Dreyfus Michel, Gautron Gérard et Robert Jean-Louis (dir.), La naissance de Force ouvrière. Autour de Robert Bothereau, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Coll. « Histoire », 2003.

23. • « L’apport des nouvelles archives à la vision des femmes socialistes dans l’entre-deux-guerres », avec Cépède Frédéric, dans Un siècle de vie associative : quelles opportunités pour les femmes ?, Paris, Femmes et Associations, 2003, p. 203-214.

24. • « Résistance et socialisme : brève rencontre », avec Noëlline Castagnez, dans Bernard Lachaise (dir.), Résistance et politique sous la IVe République, Bordeaux, PUB, 2004, p. 111-146.

25. • Albert Gazier, Autour d’une vie de militant, Présentation et appareil critique, avec Frédéric Cépède, Paris, L’Harmattan, 2006, 320 p.

26. • « La culture socialiste à la Libération, une crise d’identité », dans Garnier Bernard, Leleu J.-L., Quellien Jean et Simonin Anne (dir.), Pourquoi résister ? Résister pour quoi faire ? Caen, Mémorial de Caen-Centre de recherche d’histoire quantitative, Coll. « Seconde Guerre mondiale, n° 6 », 2006, p. 135-154.

27. • « Figures de parlementaires socialistes, 1905-1986 », dans Castagnez Noëlline (dir.), « Socialistes au parlement », Parlements, Histoire et politique, n° 6, 2006, p. 108-121.

28. • « La trahison chez les socialistes, ou juger de ses traîtres durant la Seconde Guerre mondiale », dans Sylvain Boulouque et Pascal Girard, Traîtres et trahison, Paris, Seli Arslan, 2007, p. 124-141.

29. • « L’image des élus locaux », dans Jean Vigreux et Serge Wolikow (dir.), Deux siècles de socialismes européens, Dijon, EUD, 2007, p. 159-174.

30. • « Pierre Naville du progressisme aux nouvelles gauches », dans Françoise Blum (dir.), Les vies de Pierre Naville, Lille, Presses du Septentrion, 2007, p. 155-168.

31. • « Du parlementarisme au régime présidentialiste, mutations et adaptation des parlementaires socialistes », avec Noëlline Castagnez, dans Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier, Les Partis et la République, la recomposition du système partisan, 1956-1967, Rennes, PUR, 2007, p. 75-88.

32. • « Les socialistes et la société française, réseaux et milieux (1905-1981) », dans Pascale Goetschel et Gilles Morin (dir.), « Le PS, nouvelles approches », Vingtième siècle, revue d’histoire, n° 96, octobre-décembre 2007.

33. • « Les grandes ligues et les partis de la gauche démocratique », avec Nathalie Sevilla, dans Noëlline Castagnez et Gilles Morin (dir.), Socialistes et radicaux, querelles de famille, Ours-Presse de Sciences Po, 2008, 192 p.

34. • « Les responsables des unions départementales CGT de 1939 à 1944 », avec Michel Dreyfus, dans Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky (dir.), Le syndicalisme dans la France occupée, Rennes, PUR, 2008, p. 419-430.

35. • « Génération Front populaire ? Renouvellement et caractéristiques du personnel socialiste au temps du Front populaire », dans Gilles Morin et Gilles Richard (dir.), Les deux France du Front populaire, Paris, L’Harmatttan, 2008, 413 p.

36. • « Les élus socialistes en Bretagne au temps de la SFIO », dans Christian Bougeard (dir.), Un siècle de socialisme en Bretagne, de la SFIO au PS (1905-2005), Rennes, PUR, 2008, p. 83-94.

37. • « 1968, les raisons d’un hors-jeu de la FGDS », dans « Mai 1969 en débats » numéro coordonné par François Audigier, Parlement[s], n° 9, 2008, p. 62-79.

38. • « La CED : les fédérations SFIO face aux indisciplines », dans Les socialistes français et l’Europe, documents et analyses, textes réunis et présentés par Thierry Hohl et Maxime Duruy, Dijon, EUD, 2008, p. 41-58.

39. • « Le PSU breton : le poids des héritages », dans Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier, Le PSU vu d’en bas, réseaux, mouvements politiques, laboratoire d’idées (années 1950-années 1980), Rennes, PUR, 2009, p. 27-44.

40. • « Les socialistes dans les conseils généraux, 1905-1940 », dans Bruno Benoit et Gilles Vergnon, Laurent Bonnevay, le centrisme, les départements et la politique, Lyon, éditions Stéphane Bachès, 2009, p. 217-233.

41. • « Les oppositions socialistes à la CED : les acteurs du débat », dans Jean-Michel Guieu et Christophe Le Dréau, « Anti-européens, eurosceptiques et souverainistes, une histoire des résistances à l’Europe (1919-1992) », actes de la journée d’études du 6 février 2009, Les Cahiers Irice, n° 4, 2009, p. 83-100.

42. • « Le Codhos, au cœur de l’histoire sociale et ouvrière », XXe siècle, revue d’histoire, n° 104, octobre 2009, p. 171-172.

43. • « Les ligues d’extrême droite en France au miroir des autorités préfectorales : implantation et représentations » (en collaboration avec Aude Chamouard) et « Les effets de la dissolution des ligues en 1936 : le cas de l’Action française », dans Olivier Dard et Nathalie Sévilla, Le phénomène ligueur sous la IIIe République, Metz, Centre régional universitaire lorrain, d’histoire, 2009, p. 232-250 et p. 251-269.

44. • « La Convention des institutions républicaines, un levain présidentialiste de gauche », dans Bruno Benoit, Christian Chevandier, Gilles Morin, Gilles Richard et Cilles Vergnon, A chacun son mai ? Le tour des France de Mai-Juin 1968, Rennes, PUR, 2011, p. 297-315.

45. • « Force ouvrière vue de droite », dans Michel Dreyfus et Michel Pigenet, Les Meuniers du social, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 177-188.

46. • « Les socialistes face aux ligues d’extrême droite, regards et actions », dans Olivier Dard et Nathalie Sevilla, Le Phénomène ligueur en Europe et aux Amériques, Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire, site de Metz, n°42, 2011, 442 p.

47. • « Lorsque les ligues sont victimes des violences de la gauche : les incidents de la salle Franklin, à Bordeaux, le 7 décembre 1931 », dans François Audigier et Pascal Girard, Se battre pour ses idées. La violence militante en France, des années 1920 aux années 1970, Paris, Riveneuve éditions, 2011, p. 81-91.

48. • « Les socialistes et le général de Gaulle », dans Gilles Morin, Pascal Plas, Adrien Tixier, 1893-1946, l’héritage méconnu d’un reconstructeur de l’Etat en France, Limoges, Histoire et Mémoires, Lucien Souny ed., 2012, 314 p., p. 77-98.

49. • Profil et profit d’une union : le Programme commun de gouvernement et le Parti socialiste (1971-1978), dans Les partis à l’épreuve de 68, l’émergence de nouveaux clivages, 1971-1974, Rennes, PUR, 2012, p. 147-158.

50.• « Oppositions et tensions socialistes face au programme commun », dans Danielle Tartakowsky et Alain Bergounioux, L’union sans unité, Le programme commun de la gauche (1963-1978), Rennes, PUR, 2012, p. 223-238.

51. • « Pourquoi le PSA s’est-il évaporé dans le PSU ? », dans Noëlline Castagnez, Laurent Jalabert, Marc Lazar, Gilles Morin et Jean-François Sirinelli, Le Parti socialiste unifié, histoire et postérité, Rennes, PUR, 2013, 329 p., p. 17-30.

52. • « En passant par le PSU, l’affirmation d’un cadre de la SFIO au Nouveau Parti socialiste », dans Noëlline Castagnez et Gilles Morin, Pierre Bérégovoy en politique, Paris, L’Harmattan—Cliopolis, 2013, 237 p.

53. • Frédéric Cépède et Gilles Morin, « Les socialistes et la symbolique républicaine, XIXe-XXIe siècle », dans Gérard Monnier et Évelyne Cohen, La République et ses symboles, un territoire de signes, Publications de la Sorbonne, 2013, 439 p., p. 97-110.

Autres articles parus depuis 1997

1. • « Colonialisme et anticolonialisme », dans « Léon Blum, militant des droits de l’homme », Cahiers Léon Blum, n° 31, 1998, p. 97-146.

2. • « Le congrès de Nantes, 1939. Un congrès de crise », dans « Les congrès socialistes 1905-2000 », Recherche socialiste, n° 12, septembre 2000, p. 37-47.

3. • « Daniel Mayer et la SFIO, 1944-1958 », en collaboration avec Martine Pradoux, Matériaux pour l’histoire de notre temps, décembre 1998.

4. • « Neuf regard sur 9 fédérations », dans « Les fédérations socialistes SFIO, 1944-1948 », présentation du dossier en collaboration avec Frédéric Cépède, Recherche socialiste, numéro 4 (spécial), septembre 1998, p. 5-12.

5. • « Le socialisme municipal dans la France septentrionale des années cinquante », Recherche socialiste, n° 23, juin 2003.

6. • En collaboration avec Chevandier Christian, « André Philip, économiste, juriste, ministre », Les Notes bleues, n° 300, 2005, Paris, Ministère de l’Économie et des Finances et de l’Industrie, p. 4-8.

7. • « Oreste Rosenfeld et Léon Blum » et « Blum et Auriol » dans « Autour de Léon Blum, Cercles et réseaux », Cahiers Léon Blum, n° 35, printemps 2006

8. • « La Résistance des cheminots : images, représentations et mémoires en question(s) », Revue d’histoire des chemins de fer, n° 36-37 : Images de cheminots, entre représentations et identités, printemps-automne 2007, p. 125-127.

Participations à des dictionnaires biographiques

• Claude Pennetier, Jean-Pierre Besse, Paul Bouland, Michel Dreyfus, Jacques Girault, Gilles Morin (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier-mouvement social, (Le Maitron), Paris, éditions de l’Atelier (5 tomes parus). Réalisation de plusieurs centaines de notices.

Dictionnaire des parlementaires français (1945-1958), tome 5, La documentation française, Paris, 2005 et publications électroniques ultérieures (une cinquantaine de notices).

• Jacques Julliard et Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français, Paris, Seuil, 1996 (notices C. Bourdet, A. Philip, L. S. Senghor),

• Michel Aubouin, Arnaud Teyssier, Jean Tulard (dir.), Histoire et dictionnaire de la police, du Moyen-âge à nos jours, Paris, Robert Laffont, Coll. « Bouquins », 2005, 1059 p.

• Marcot François, Leroux Bruno et Lévisse-Touzé Christine (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, Coll. « Bouquins », 2006, 1187 p.

• Andrieu Claire, Philippe Braud, Guillaume Piketty (dir.), Dictionnaire De Gaulle, Paris, Robert Laffont, Coll. « Bouquins », 2006, 1265 p.

• François Broche, Jean-François Muracciole, Dictionnaire de la France Libre, Paris, Robert Laffont, Coll. « Bouquins », à paraître en juin 2010.

Publications électroniques

• " Marges et repli dans le mouvement socialiste en France, 1945-1968 ", publication électronique de la journée d’études " Marges et replis dans la Gauche française, l’apport des itinéraires militants ", organisée à l’Université de Paris 1 le 21 novembre 2000 : adresse : http://www.maitron.org.

• Contributions au DVD-Rom, La Résistance en Ile-de-France, produit par la fondation de la Résistance, Paris, 2004.

• « Les archives en France. Bouleversements et controverses, Les points de vue de Bruno Delmas et de Gilles Morin », Histoire@politique, revue électronique du Centre d’histoire de Sciences Po, n° 5, mai-août 2008. http://www.histoire-politique.fr/in...

• Audition par la mission parlementaire d’information sur les questions mémorielles, le mardi 8 juillet 2008 : http://www.assemblee-nationale.fr/1...

Activités et publications concernant les archives et sources historiques

Ces travaux s’appuyant largement sur un retour aux sources primaires et sur le rassemblement d’une vaste documentation et de fonds archivistiques contemporains, ont conduit à s’intéresser de longue date aux archives.

• Collation de fonds d’archives : sauvegarde et dépôt des fonds importants d’archives, aux Archives nationales ou dans des organismes privés : fonds national du PSU (AN 581 AP), Marceau Pivert (AN 559 AP), papiers d’Oreste Rosenfeld (AN 14 AR) et divers autres fonds (Yves Jouffa, au Centre d’histoire de la FNSP, Albert Gazier et Charles Lancelle à l’OURS).

• Participation au Conseil scientifique de la nouvelle cité des Archives nationales.

• Responsabilité de la rubrique archives de la revue Vingtième siècle, revue d’histoire depuis 2008. Publication régulières depuis d’articles sur les centres et l’actualité des archives.

• Audition par la mission parlementaire d’information sur les questions mémorielles, le mardi 8 juillet 2008 : http://www.assembleenationale.fr/13...

• Publications électroniques

- « Les archives en France. Bouleversements et controverses, Les points de vue de Bruno Delmas et de Gilles Morin », Histoire@politique, revue électronique du Centre d’histoire de Sciences Po, n° 5, mai-août 2008. http://www.histoire-politique.fr/in...

Autres fonctions sociales et mémorielles :

• Membre du Jury du prix de la Fondation Jean-Jaurès (depuis 2003).

• Président de la Société des Amis de Léon Blum

• Membre du bureau de l’OURS (Office universitaire de recherches socialistes)

• Membre du Conseil d’administration de l’Institut Tribune socialiste