Accueil du site > Les films du CHS > Films du labo > Films sur publications du CHS > Années 2016-2017

Nogent, Histoire d’une banlieue résidentielle aux XIXe-XXe siècles

par chs - publié le , mis à jour le

Le Nogent des bords de Marne, le Nogent des guinguettes et des loisirs populaires, n’est pas seulement une banlieue parisienne prisée pour ses sports nautiques et pour son image rétro incarnée par des images de Marcel Carné, des répliques de cinéma, les voix de Jean Gabin (la belle équipe) ou de Simone Signoret (Casque d’or) sur fond de chansons populaires... "Ah, le petit vin blanc !".

Production CHS - Centre d’Histoire Sociale. Réalisation : Jeanne Menjoulet

L’histoire de cette commune de banlieue résidentielle montre une ville dont les contours sociologiques et géographiques ont évolué depuis la création de la commune en 1789, comme le raconte Vincent Villette, Directeur des Affaires culturelles, des Archives et du Musée de Nogent-sur-Marne. Emmanuel Bellanger, chercheur CNRS et historien au CHS (Centre d’Histoire Sociale), auteur avec Julia Moro de l’ouvrage "Nogent, ville modèle" (Editions Dominique Carré / La Découverte 2017) retrace l’histoire de cette ville marquée par un divorce originel, en 1887 (avec le Perreux-sur-Marne) et montre l’autre Nogent, différent de celui des loisirs populaires parisiens, un Nogent à l’entre-soi bourgeois, soucieux de la valorisation de sa rente foncière, mais aussi, en son centre-ville, un Nogent qui fut longtemps un Nogent populaire et une terre d’immigration Italienne, le Nogent de François Cavanna et de beaucoup d’autres, que l’on entend au travers de voix des ces habitants d’origine italienne de Nogent (archives sonores de l’historienne Marie-Claude Blanc-Chaléard).

Cette histoire est aussi celle de figures du grand-Paris, les maires successifs de Nogent, qui ont joué tout au long du XXe siècle un rôle important. Ce fut, dès la Belle-Epoque, l’engagement dans le Conseil Général de la Seine et la ligue de défense des intérêts de l’est (menée par le maire Emile Brisson) face à la richesse et au développement de l’ouest parisien, grâce notamment à la valorisation des expositions coloniales qui se tenaient au bois de Vincennes. La peinture d’un milieu politique pragmatique capable de coopérer sans le montrer, de façon transpartisane quand il s’agit des défendre l’est parisien, est l’occasion pour Emmanuel Bellanger de brosser le portrait d’autres figures du Grand Paris, comme Albert Thomas dans l’entre-deux guerre, Paul Delouvrier et le maire de Nogent, Roland Nungesser à partir des années 1950-1960.

Dès l’entre-deux guerres, la banlieue parisienne est marquée par le développement des municipalités PCF et une opposition politique banlieue rouge / banlieue bleue qui coïncide avec une deuxième rupture, le conquête du pouvoir par un notable beaucoup plus conservateur, Pierre Champion. Celui engage sa ville dans une profonde rénovation urbaine qui déjà stigmatise le centre-ville populaire, mais le maire engage en même temps sa ville dans la construction de HBM (Habitations à Bon Marché) se distinguant des autres villes de la banlieue bleue parisienne. Avec l’avènement du Front Populaire, le maire se radicalise en direction de l’extrême-droite et se rangera du côté de Vichy et de Pétain. La ville se régénère à la Libération, tout en continuité, avec le maire Charles Jobelin qui avait été le Secrétaire Général de la Mairie durant l’entre-deux guerres puis nommé Maire de Champigny sous Vichy. Son 1er adjoint, Roland Nungesser, portera avec succès son projet de création d’une fête annuelle, la fête du Petit Vin Blanc, qui connaîtra durant près de 40 ans un grand succès et sera un outils de valorisation indéniable de la ville et de son nouveau maire, Roland Nungesser.

Roland Nungesser prolongera la politique intercommunale de ses prédécesseurs alliant volonté de renforcer la centralité de Nogent tout en renforçant les solidarités métropolitaines dans le cadre de la région Ile-de-France (Roland Nungesser sera président du Conseil Régional de 1970 à 1976). Il fera de sa cité une sous-préfecture et grâce à son réseau d’inter-connaissances et à ses responsabilités ministérielles et intercommunales, il pourra faire financer par d’autres ses grands projets municipaux permettant à Nogent-sur-Marne de bénéficier d’un réseau d’équipements exceptionnel tout en affichant à son électorat conservateur et aisé une fiscalité locale faible.

Son projet culturel, outre la fête du petit vin blanc, fut aussi de faire de sa cité le Petit Paris des bords de Marne. Le transfert du pavillon Baltard des Halles de Paris à Nogent, ou l’acquisition de l’horloge des abattoirs de la villette, ou de l’orgue du Gaumont-Palace, en sont des illustrations. De même que l’invitation et l’association de Nogent à des chanteurs parisiens, comme Maurice Chevalier. Comme le souligne Vincent Villette, à un moment où la culture populaire des bords de Marne disparaissait, y compris architecturalement (destruction du Casino Tanton, de Convert...), Roland Nungesser a montré une volonté de substituer à cette culture autre chose, en la modernisant, en l’associant à la scène parisienne.

Sources des images d’archives apparaissant dans ce documentaire :

Sources des films d’archives : apparaissant dans ce documentaire : Mediathèque SNCF (Service Archives et Documentation - SARDO)

http://www.sncf.com/fr/groupe/archives

http://openarchives.sncf.com/

  • Gares de banlieue, Paris Bastille, film de 1930
  • La renaissance du rail, un film de 1949, 59 min, réal. André Périé
  • De A à Z, une film de 1963, 24 min, réal. André Périé
  • La Bastille, un film de 1970, 10 min. Réal. André Périé

Sources d’archives sonores :

Archives témoignages immigration italienne à Nogent-sur-Marne : Marie-Claude Blanc-Chalérad. L’ouvrage de l’historienne relatif à ces travaux est ici. Les voix de ces extraits d’archives sont celles de Jacqueline et Alexandre Maloberti, Jean et Pierino Burgani, Claude Prati et Lucienne Scaglia-Chiaffi

Autres images :

- Région Ile-de-France (photographies de Stéphane Asseline et Laurent Kruszyk)
- Bibliothèque municipale de Lyon (http://numelyo.bm-lyon.fr)
- Géoportail (https://remonterletemps.ign.fr/)


Le livre d’Emmanuel Bellanger et Julia Moro, préfacé par Vincent Villette est paru aux éditions de la découverte (Beaux Livres), collection Dominique Carré : http://www.editionsladecouverte.fr/...