Accueil du site > Bibliothèque et archives > Archives > Inventaire des fonds d’archives

Inventaire du Fonds Sirlo

publié le , mis à jour le

ARCHIVES SIRLO

Le comité d’entreprise de la SIRLO, société d’imprimerie a déposé des archives au CRHMSS en souhaitant qu’on puisse en écrire l’histoire. On trouvera ci-après le bref descriptif du fonds.

La SIRLO est une société d’imprimerie fondée en 1934 par le groupe Beghin et située rue du Louvre. Elle a abrité dans ses locaux Paris soir jusqu’en 1944, L’Humanité jusqu’en 1953, puis la rédaction de Paris Presse de 1954 jusqu’au milieu des années 60. A partir de 1954, elle devient également l’imprimerie du Figaro, jusqu’à ce que celle-ci soit délocalisée hors la capitale. La rédaction du Figaro s’y installe après que le groupe Hersant ait vendu en 1976 les locaux des Champs-Elysées et elle s’y trouve toujours.

Les ouvriers du livre CGT ont édité, ces années durant, divers bulletins qui constituent une source précieuse pour l’histoire des rapports sociaux au sein de l’entreprise et plus spécifiquement pour celle du comité d’entreprise : le G.I.A. Louvre (Groupe Intersyndical d’Atelier), bulletin d’information des entreprises de presse, un mensuel (parfois bi-mensuel) de 4 pages paraissant à partir de décembre 1944, le bulletin intérieur du comité d’entreprise, un mensuel de 4 pages et le bulletin intérieur des membres élus du CE de la SIRLO, plus épais.

M. Fragoni, secrétaire du comité du groupe SOCPRESSE (principal holding du groupe Hersant), situé rue d’Aboukir, a bien voulu mettre à la disposition des étudiants et chercheurs travaillant au CRHMSS des collections à peu près complètes de ces publications internes. Le G.I.A. Louvre couvre la période 1944-1949, le bulletin du comité d’entreprise la période 1948-1957, puis 1964-1967. Le numéros du bulletin intérieur des membres élus du CE de la SIRLO leur sont postérieurs.

Ce publications permettent une solide approche des rapports de l’entreprise aux grands problèmes nationaux (avec en particulier, à la Libération, le problème de la nationalisation des entreprises de presse). Ils sont une source irremplaçable pour l’étude des luttes menées dans l’entreprise, pour celle de l’activité du comité d’entreprise, des œuvres sociales, des pratiques culturelles (fêtes, sports…).

Danielle Tartakovsky