Accueil du site > Annuaire

Castagnez Noëlline

Noëlline Castagnez

En délégation CNRS au CHS

Fonctions et responsabilités actuelles

- En délégation CNRS au CHS du XXe siècle 2017-2018.

- Maitre de conférences HC en histoire contemporaine à l’université d’Orléans.

- Rédactrice en chef de la revue trimestrielle Parlement(s). Revue d’Histoire politique, publiée aux Presses universitaires de Rennes (PUR) http://www.parlements.org/revueparl...
- Membre du bureau du Comité d’Histoire Parlementaire et Politique (CHPP).

- Vice-présidente de l’Association des Historiens Contemporanéistes de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (AHCESR).

- Membre élue suppléante au CNU (22e section)

- Membre du Comité scientifique de la revue semestrielle Rivista storica del socialismo, Milan, Biblion Edizioni, sous la direction de Paolo Bagnoli (Université de Sienne).

- Co-directrice, pour le XXe siècle, de la collection « Histoire » aux PUR avec Francis Prost, Frédéric Chauvaud, Philippe Hamon et Florian Mazel.

- Membre du prix du master de la Fondation Jean Jaurès et vice-présidente de l’Office universitaire de recherche socialiste (OURS).

Axes de recherche

J’ai soutenu ma thèse en histoire politique à la Sorbonne sous la direction de Jean-Marie Mayeur en 2003, laquelle a été publiée sous le titre Socialistes en République. Les parlementaires SFIO de la IVème République (préface de Jean-Marie Mayeur, PUR, 2004). Ces dernières années, j’ai poursuivi mes travaux selon trois axes principaux.

Axe 1 : L’histoire de la gauche française au XXe siècle

1. Les partis et la gauche

J’ai organisé au Centre d’Histoire de Sciences Po (CHSP) deux colloques : l’un sur « Le PSU, Histoire et postérité », les 8 et 9 novembre 2010, avec le CHPP, en collaboration avec Laurent Jalabert, Marc Lazar, Gilles Morin et Jean-François Sirinelli ; l’autre sur « Les socialistes d’Épinay au Panthéon. 1971-1981 une décennie d’exception », les 17 et 18 novembre 2011 au CHSP, avec le CHS de Paris I, en collaboration avec Gilles Morin. Nous avons retravaillé et complété leurs actes et ils ont donné lieu à deux publications aux PUR.

Pour le PSU, j’ai pu montrer l’évolution de ses positions face à la guerre, de l’Algérie au Vietnam. Pour le PS, j’ai plus particulièrement étudié les rapports entre la direction et le groupe parlementaire, d’une part en analysant le rôle du secrétariat du groupe et son évolution sous les IIIe et IVe Républiques, d’autre part en comparant deux moments où les socialistes exercent le pouvoir : le Front populaire de 1936 et le Front républicain de 1956.

Dans une perspective plus large, j’ai interrogé le modèle d’une social-démocratie à la française sous la Ve République, ainsi que les relations et regards croisés des socialistes et des gaullistes de 1958 à 1981. Membre, enfin, du projet ANR ICEM (Identités et cultures en Méditerranée. Les élites politiques de la Révolution française à la Ve République), je me suis concentrée plus particulièrement sur l’attitude des parlementaires socialistes méditerranéens face à la guerre d’Algérie.

2. Les figures de gauche

J’ai organisé, toujours en collaboration avec Gilles Morin, un colloque sur « Pierre Bérégovoy en politique », les 28 et 29 mai 2010, au CHSP et à l’Assemblée nationale, avec le CHPP, colloque d’histoire immédiate qui a nécessité de « créer des archives » en sollicitant des fonds privés et des entretiens, et qui a donné lieu à un livre. J’y ai, pour ma part, analysé les rapports de l’ancien Premier ministre avec le communisme sur le long terme. Par ailleurs, j’ai également étudié le rôle du ministre de l’Intérieur Adrien Tixier et de ses camarades socialistes au GPRF dans la restauration de l’ordre républicain et le parcours de Max Lejeune face à la guerre de 1940 à l’amnistie sur l’Algérie en 1982.

Axe 2 : L’entrée et la sortie de la Seconde Guerre mondiale en France

Dans le cadre du laboratoire POLEN d’Orléans et en collaboration avec le CERCIL, j’ai organisé avec Pierre Allorant et Antoine Prost un colloque international sur « Le moment 1940. Effondrement national et réalités locales », les 17 et 18 novembre 2010 à l’université d’Orléans, lequel a donné lieu à un livre.

Parallèlement, je me suis intéressée à la Libération et aux débuts de la IVe République. Au Parlement, j’ai montré comment « la guerre franco-française » ne permettait pas de refermer la parenthèse de Vichy. Dans le prolongement, j’y ai étudié les espoirs déçus de la Libération, car les parlementaires ne purent réellement ni épurer, ni rénover la vie politique.

À l’échelle locale, j’ai montré quel avait été le rôle de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale dans la vie politique orléanaise après la Libération, avec l’oblitération progressive du 8 mai 1945 au profit de la fête de Jeanne d’Arc, plus consensuelle.

Enfin, avec Frédéric Cépède, Gilles Morin et Anne-Laure Ollivier, j’ai organisé un colloque international « De la Résistance à la restauration de la légalité républicaine. Le rôle des socialistes français au regard de l’Europe », pour l’OURS, la FJJ et le CHS de Paris I, les 20-21 novembre 2014 à Paris, qui a été publié. J’y ai, pour ma part, étudié l’émergence du « devoir de mémoire » chez les socialistes dans ces années décisives pour la gestion de leur image sur le long terme.

Axe 3 : La mémoire et ses usages politiques

J’ai mis en perspective les cadres dans lesquels s’inscrivent les rapports des socialistes à leur histoire et à leur mémoire. J’ai montré que leur mémoire de la Grande Guerre constituait un passé qui ne passait pas, et ai souligné de même leur incapacité à être en phase avec le résistancialisme des communistes et des gaullistes après la Libération. En outre, j’ai analysé comment François Mitterrand avait utilisé l’histoire du PS pour se poser en homme providentiel à partir du congrès d’Épinay. À ces différentes occasions, j’ai repéré plusieurs processus de construction mémorielle par en haut, telle que la damnatio memoria qui affecte d’abord les majoritaires favorables à l’Union sacrée, puis le secrétaire général de l’entre-deux-guerres Paul Faure, et enfin Guy Mollet. J’ai également analysé le concept de « guerre juste » à l’épreuve des faits. Je prépare, enfin, une HDR sur les mémoires des guerres des socialistes français de la Libération à 1995, où j’étudie l’articulation complexe entre mémoire par en haut et mémoires par en bas, selon les territoires et les générations, laquelle détermine l’identité et l’ethos socialistes dans leur rapport à la guerre et à la violence.

Par ailleurs, dans le cadre du projet APR « Lieux de mémoire, de savoir et de pouvoir » (LocMem) porté par Pierre Allorant au laboratoire POLEN, j’ai organisé un colloque pluridisciplinaire sur « Les mémoires des guerres en région Centre–Val de Loire de Jeanne d’Arc à Jean Zay », les 6 et 7 mai 2014, à Orléans, ainsi qu’une exposition itinérante dans la région. Sur la longue durée, il s’agissait de repérer les différentes strates mémorielles, leur érosion différenciée, leurs buttes témoin et leurs rejeux. L’un a été publié aux PUR, l’autre a donné lieu à un catalogue.

Dans le prolongement de LocMem, je suis membre du projet MSH « WARMEMORY » (Héritage culturel des guerres du XXe et patrimoine en Val de Loire et en Poitou), 2015-2017, porté par les MSH du Val de Loire et de Poitiers et coordonné par Pierre Allorant. Et je suis enfin membre du projet de l’ANR-MRSEI "CULT-COOP-02-2017 Improving mutual understanding among Europeans by working through troubled pasts" depuis 2015, porté par Agnès Steuckardt de Montpellier III, avec trois pôles spécialisés en analyse du discours (Montpellier 3, Heidelberg et Gênes), trois pôles en Histoire (Orléans, Wroclawsky et Barcelone), quatre pôles en patrimoine, culture et éducation (Belgrade, Athènes, Association Mickaël Culture et la Deutsche Gesellschaft e V.) et un pôle en psychologie (Arq Hollande).

Bibliographie sélective

Ouvrages d’auteur

- CASTAGNEZ-RUGGIU Noëlline, 1997, Histoire de la pensée socialiste en France, coll. Repères, La Découverte, 1997, 128 p.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2004, Socialistes en République. Les parlementaires SFIO de la IVème République, préface de Jean-Marie Mayeur, PUR, 2004, 414 p.

Directions d’ouvrages

- CASTAGNEZ Noëlline, 2006, dir., « Socialistes au Parlement », Parlement[s]. Histoire et politique, n°6, A. Colin, 2006, 159 p.

- CASTAGNEZ Noëlline 2008 et MORIN Gilles, dir., Socialistes et radicaux. Querelles de famille, Presses de Sciences Po-OURS, 2008, 190 p.

- CASTAGNEZ Noëlline 2012, Pierre ALLORANT et Antoine PROST, dir., Le Moment 1940, Paris, L’Harmattan, 2012, 290 p.

- CASTAGNEZ Noëlline 2013, Gilles MORIN (dir.), Pierre Bérégovoy en politique, Paris, L’Harmattan, 2013, 237 p.

- CASTAGNEZ Noëlline 2013, Laurent JALABERT, Marc LAZAR, Gilles MORIN, Jean-François SIRINELLI, dir. Le PSU. Histoire et postérité, Rennes, PUR, 2013, 329 p.

- CASTAGNEZ Noëlline 2014, Pierre ALLORANT, Se souvenir de la guerre en région Centre Val de Loire de Jeanne d’Arc à nos jours, Catalogue d’exposition, Orléans, Éditions du Corsaire, 2014, 60 p.

- CASTAGNEZ Noëlline 2015, Gilles MORIN, Le Parti socialiste d’Épinay à l’Élysée (1971-1981), Rennes, PUR, 2015, 340 p.

- CASTAGNEZ Noëlline 2015, Pierre ALLORANT, Mémoires des guerres. Le Centre-Val de Loire de Jeanne d’Arc à Jean Zay, Rennes, PUR, 2015, 349 p.

- CASTAGNEZ Noëlline 2016, CEPEDE Frédéric, Gilles MORIN et OLLIVIER Anne-Laure, Les socialistes français à l’heure de la Libération. Perspectives française et européenne, Paris, OURS et CHS XXe, 2016, 326 p. Articles dans des revues à CL

- CASTAGNEZ Noëlline, 2006 « Discipline partisane et indisciplines parlementaires », « Socialistes au Parlement », Parlement[s]. Histoire et politique, n°6, A. Colin, 2006, pp. 40-56

- CASTAGNEZ Noëlline, 2007 « Les parlementaires SFIO de la IVe République en campagne : une question d’identité », Parlement[s]. Revue d’Histoire politique, Pepper-L’Harmattan, n°7, 2007, pp. 81-95.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2007, « La notabilisation du PS-SFIO sous la Quatrième République », Vingtième siècle. Revue d’Histoire, numéro spécial « Le PS nouvelles approches », n°96, octobre-décembre 2007, pp. 35-46.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2009 « L’entourage de Vincent Auriol : au service d’une stratégie présidentialiste », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n°8, mai-août 2009.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2012 « Adrien Tixier et ses camarades socialistes du GPRF : portrait de groupe », Histoire § Mémoires, Éditions Lucien Souny, n°3, 2012, pp. 99-120.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2014, « Les socialistes, l’histoire et la mémoire », La Revue socialiste, n°55, juillet 2014, p. 9-13.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2018, « Les parlementaires socialistes face à la ‘guerre franco-française’ (1945-1953) », Rivista storica del socialismo, à paraître.

Participations à des ouvrages scientifiques

- CASTAGNEZ Noëlline, 2008, « Pierre Mendès France : une figure du panthéon socialiste ? », dans Noëlline CASTAGNEZ et Gilles MORIN (dir.), Socialistes et radicaux. Querelles de famille, Presses de Sciences Po-OURS, 2008, pp. 161-177.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2008, « Le pacifisme, facteur dissolvant des forces politiques et sociales », dans Gilles MORIN et Gilles RICHARD (dir.), Les deux France du Front populaire, L’Harmattan, 2008, pp. 369-379.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2009 « Les socialistes français face à la décolonisation : l’idéologie à l’épreuve des faits », dans Pascal CAUCHY, Yvan COMBEAU et Jean-François SIRINELLI (dir.), La Quatrième République et l’Outre-mer, Publications de la Société française d’Histoire d’Outre-Mer, 2009, pp. 131-142.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2010, « Une social-démocratie à la française ? », dans Jean GARRIGUES, Sylvie GUILLAUME et Jean-François SIRINELLI (dir.), Comprendre la Cinquième République, Presses de Sciences Po, 2010, pp. 255-275.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2010 « Les parlementaires SFIO face à la crise de mai 1958 », Assemblées et Parlements dans le monde du Moyen-Âge à nos jours. 57ème Conférence de la Commission internationale pour l’Histoire des Assemblées d’État, Paris, CHPP et Assemblée nationale, 2010, pp.955-968.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2012, « Le secrétariat administratif des groupes socialistes, miroir des conflits entre le parti et ses parlementaires. Étude comparée entre la IIIe et la IVe Républiques », dans Sabine JANSEN, Gilles LE BEGUEC, David VALENCE (dir.), Naissance et développement des secrétariats administratifs des groupes parlementaires. Organisation et clarification de la délibération, de 1910 au début des années 1970, Paris, Centre d’histoire de Sciences Po / Assemblée nationale, avril 2012, pp.147-172.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2012 « Du Front populaire au Front républicain : étude comparée des relations entre le groupe parlementaire et le parti » dans Jean GARRIGUES, Bernard LACHAISE et Gilles RICHARD (dir.), Bordeaux-Saint-Chamond via Québec. Hommage à une historienne du politique, Sylvie Guillaume, Rennes, PUR, pp.85-95.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2012, « La biographie collective d’une élite militante. Les parlementaires SFIO de la IVe République », dans François AUDIGIER, David COLON et Frédéric FOGACCI (dir.), Les partis politiques. Nouveaux regards. Une contribution au renouvellement de l’histoire politique, Bruxelles, Peter Lang, pp.363-381.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2013 « Face au communisme. De l’héritage familial à la confrontation sur le terrain », dans Noëlline CASTAGNEZ et Gilles MORIN (dir.), Pierre Bérégovoy en politique, Paris, L’Harmattan, pp. 69-84.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2013 « Gaullistes et socialistes de 1958 à 1981 : de l’impossible alternative à l’alternance », dans François AUDIGIER, Bernard LACHAISE et Sébastien LAURENT, Les gaullistes. Hommes et réseaux, Paris Nouveau Monde éditions, pp. 471-491.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2013 « Face à la guerre. De l’Algérie au Vietnam », dans Noëlline CASTAGNEZ, Laurent JALABERT, Marc LAZAR, Gilles MORIN et Jean-François SIRINELLI (dir.), Le PSU, Histoire et postérité, Rennes, PUR, pp. 43-60.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2015 « La mémoire au service de la conquête du pouvoir », dans Noëlline CASTAGNEZ et Gilles MORIN (dir.), Le Parti socialiste d’Épinay à l’Élysée (1971-1981), PUR, 2015, p. 59-76.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2015 « La mémoire de la Seconde Guerre mondiale dans la vie politique orléanaise après la Libération », dans Pierre ALLORANT et CASTAGNEZ Noëlline (dir.), Mémoires des guerres. Le Centre-Val de Loir de Jeanne d’Arc à Jean Zay, Rennes, PUR, 2015, p. 269-286.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2015 « Les espoirs déçus de la Libération : épurer et rénover la République au Parlement » dans Michel BIARD, Philippe BOURDIN, Hervé LEUWERS (dir.), Vertu et politique : les pratiques des législateurs (1789-2014), Rennes, PUR, 2015, p. 365-380.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2016 « Introduction » et « Penser le passé à la Libération : les socialistes et le devoir de mémoire », dans CASTAGNEZ Noëlline, CEPEDE Frédéric, Gilles MORIN et OLLIVIER Anne-Laure, Les socialistes français à l’heure de la Libération. Perspectives française et européenne, Paris, OURS et CHS XXe, p. 47-64.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2017, « Max Lejeune, de la défaite de 1940 à la guerre d’Algérie :une certaine idée de la guerre juste », dans David BELLAMY (dir.), Max Lejeune (1909-1995). Carrière politique d’un Picard, Amiens, Encrage éditions, 2017, p. 125-138.

Notices de dictionnaires et encyclopédies

- CASTAGNEZ Noëlline, 2008, Notices dans La France de la Ve République 1958-2008, sous la direction de Jean GARRIGUES, A. Colin, septembre 2008 (Alternance, Badinter, Beauvoir, Bérégovoy, Congrès d’Épinay, Cohabitation, Cresson, Fabius, France dans la Guerre du Golfe, Féminismes, Giroud, Halimi, Jospin, Laguiller, Lang, Mauroy, Parité, Programme commun, Socialistes, Tournant de la rigueur, Veil).

- CASTAGNEZ Noëlline, 2010, en collaboration avec Gilles MORIN, « Socialisme(s) », sous la direction de Christian DELPORTE, Jean-Yves MOLLIER et Jean-François SIRINELLI, Dictionnaire d’histoire culturelle, PUF, 2010, pp. 751-755.

- CASTAGNEZ Noëlline, 2015, « Socialisme », sous la direction de Jean-François SIRINELLI et Claude GAUVARD, Dictionnaire de l’Historien, Paris, PUF, 2015.